skip to Main Content
819-535-5535 info@duplessismecanique.com

Des moteurs pour se propulser vers les sommets

Hebdo journal | Publié le 8 février 2017

Christian Fortin décrit SDP Autosport comme étant une «business de passion».

TECHNOLOGIE. SDP Autosport est bien établie sur la rue principale de Saint-Étienne-des-Grès. Cette compagnie spécialisée dans l’assemblage de moteurs de compétition, et qui y incorpore ses propres conceptions et fabrications mécaniques, est menée de main de maître par Stéphane Duplessis, Éric Fortin et Christian Fortin, de vrais passionnés d’automobiles.

Stéphane Duplessis s’est lancé en affaires en 1990. Il passait ses temps libres à développer sa propre voiture, allant même remporter des prix avec sa Golf quelque 5 ans plus tard. Il a fait sa marque de commerce de cette façon. En 2001, il a commencé à toucher le domaine de la course et des coureurs l’ont approché pour modifier des moteurs.

En 2006, SDP Autosport a conçu un moteur de Drag qui a établi un nouveau record canadien. La compagnie produisait également des moteurs de Formule-1600, ainsi que des moteurs de la série CTCC, pour les pilotes de renom tels que Marc-Antoine Camirand et Jocelyn  »Le Doc » Hébert.

«On développait déjà des moteurs pour des pilotes et on a décidé de construire notre propre voiture et d’aller faire nos preuves avec notre moteur. Marc-Antoine (Camirand) est un bon ami, alors il accepte souvent de prendre le volant. On a fait une partie du championnat 2012 et en 8 sorties, nous avons obtenu 7 victoires!», ajoute celui qui gère également le garage de mécanique générale sur place, inaugurée en 2012.

«Ce que nous avions à prouver était fait. Ça ne nous intéressait pas de faire de la course à long terme. Nous venions du même coup de réussir à faire notre marque.»

C’est donc depuis 2007 que l’entreprise perfectionne ses moteurs pour les rendre toujours plus performants. Elle s’est même dotée de la machinerie nécessaire pour produire elle-même les composantes du moteur, en développant entre autres une salle d’usinage pour créer ses propres pièces et un service de dynamomètre. Ce dernier permet de mesurer avec exactitude la puissance aux roues du moteur et d’analyser les gaz d’échappement, en plus de diagnostiquer et cibler plus précisément les défaillances du rendement moteur.

«Nous avons vraiment toutes les machines pour faire nos pièces. Des pièces qu’on ajoute au moteur pour le pousser davantage. On développe les moteurs et on développe des procédés. On doit faire beaucoup de tests également pour monter en puissance, pour que le moteur soit de plus en plus fort et performant», ajoute M. Fortin.

«On veut toujours comprendre le fonctionnement de la mécanique et améliorer ce que les fabricants vont faire. On va aller étudier ce que BMW a fait, par exemple, et on va chercher à aller plus loin pour faire mieux qu’eux autres. (…) On peut tout faire! On a même les programmes pour dessiner 3D, travailler l’électricité et monter les ordinateurs de A à Z dans une voiture.»

Aujourd’hui, le nom SDP Autosport circule jusqu’à l’extérieur de la province.

«Nous n’avons que six ou sept moteurs qui roulent et ce n’est pas une optique que nous avons vraiment poussée. On se retreint davantage et on choisit les projets qui nous passionnent. Lorsque Marc-Antoine ou le Doc Hébert viennent nous voir, par exemple, c’est surtout pour procéder à des ajustements.»

«Dans le domaine de la course, il faut toujours respecter les règlements et les restrictions. Les séries n’aiment pas qu’une voiture domine et prônent la parité. On essaye de trouver ce qu’on peut faire sur le moteur pour continuer d’être le plus performant, dans les règles. À chaque fois que l’on monte un projet, ou presque, il se vend par la suite. On n’a pas le choix d’aller le montrer en piste! Les gens ont besoin de voir ce qui est concret. Ce serait plus dur de vendre le projet en photos ou par téléphone», explique M. Fortin.

Et avez-vous des projets futurs?

«On a toujours des projets et toujours l’ambition d’aller plus loin. Mais on ne vise pas non plus à trop développer. On a une clientèle stable. Notre propre renommée et notre notoriété sont faites. On travaille à remettre notre BMW et notre Civic en course d’ici deux ans. Encore là, nous irons chercher d’autres clients et d’autres projets», conclut-il.

Pour plus d’informations, visitez le http://www.sdpautosport.com/

Chimie et passion

«Stéphane (Duplessis) et mon frère Éric (Fortin) sont des passionnés. Ces deux gars-là ont la capacité de comprendre le principe de la mécanique, pour tout! Moi, je suis un peu le modérateur du groupe», explique Christian Fortin, qui gère le garage de mécanique générale de SDP Performance, inauguré en 2012. «Notre business, c’en est une de passion, et elle est unique au Canada. C’est presque impossible de trouver un endroit qui possède un équipement comme le nôtre sous le même toit.

Back To Top